30 C
France
mardi 16 avril 2024

6 points clés de l’interview d’Emmanuel Macron sur la réforme des retraites

A lire

À la veille de nouvelles grèves et protestations contre les réformes, le président a insisté sur le fait qu’elles étaient nécessaires.

Le président français a donné sa première interview depuis que les réformes des retraites ont été adoptées par le parlement sans que les députés l’aient voté.

Voici un résumé des propos du Président de la République française.

La colère a été générée par les partis d’opposition et dans la rue. Il y a eu deux votes de défiance contre le premier ministre et son gouvernement. Il aurait pu entraîner la chute du gouvernement si les députés l’avaient soutenu.

Les réformes des retraites sont passées à l’étape suivante après qu’aucune d’entre elles n’ait réussi. On a demandé à M. Macron si les modifications deviendraient la loi le 1er septembre, comme prévu. Il a dit qu’ils suivaient leur voie démocratique en étant critiqués par le Conseil constitutionnel. Les changements pourraient devenir loi d’ici à la fin de l’année après que le tribunal se soit prononcé.

La critique de Mme Borne a été causée par l’utilisation de l’article 49.3. Le Président Macron a utilisé l’interview pour confirmer son soutien envers Mme Borne. Il a félicité Mme Borne et le gouvernement pour avoir pris la responsabilité des réformes. M. Macron a déclaré que Mme Borne avait mis le Parlement au défi de présenter une alternative à la réforme des retraites du gouvernement.

Quand des groupes utilisent la violence pour s’en prendre aux élus de la République, parce qu’ils sont mécontents, alors ils n’agissent plus dans l’esprit de la République. Nous ne pouvons accepter aucune de ces choses. Emmanuel Macron a déclaré à la veille du neuvième jour de mobilisation qu’ils ne toléreraient pas les groupes qui utilisent la violence.

Emmanuel Macron a vu pourquoi les réformes étaient nécessaires.

  À quel point la MAAF Mutuelle Senior peut-elle améliorer votre qualité de vie ?

Lors de son interview, Emmanuel Macron a déclaré que la France avait l’un des âges minimums de départ à la retraite les plus bas d’Europe et que le nombre de retraités français devrait augmenter de trois millions d’ici à la fin de l’année. Il a fait valoir que ceux qui s’opposaient aux changements feraient pression pour un déficit budgétaire et que les syndicats n’avaient proposé aucun compromis. M. Macron a dit que les Français avaient l’habitude de dépenser plus et moins avant d’ajouter que cela ne fonctionnait pas.

Une réponse à la « colère » constatée a été la raison de l’introduction d’une « charge de contribution exceptionnelle » pour les grandes entreprises. Le Président de la République a déclaré qu’il demanderait à son gouvernement d’examiner les entreprises qui avaient utilisé des bénéfices records pour racheter leurs propres actions plutôt que de les utiliser au profit des employés. Il a déclaré que les entreprises devraient répartir davantage les bénéfices en faveur des travailleurs. Les détails de la façon dont cela fonctionnerait n’ont pas été donnés.

On a demandé au président français s’il avait des regrets sur la réforme des retraites.
Le seul problème était qu’il était incapable de convaincre suffisamment de gens que les changements étaient nécessaires. Les réformes sont très difficiles, dit-il. Nous avons besoin d’un grand effort de la part des gens.

Les dirigeants syndicaux et de l’opposition n’ont pas tardé à condamner le discours l’accusant d’être coupé de la réalité.

Notre partenaire